Rouges de colère car les classes populaires ne doivent pas payer la crise du capitalisme.



Verts de rage contre le productivisme qui détruit l’Homme et la planète.



Noirs d’espoir pour une société de justice sociale et d’égalité


vendredi 15 juin 2018


 MAI 68, la belle ouvrage


Les Amis du Monde Diplomatique Nord Franche-Comté, les Amis de l’Emancipation Sociale   vous invitent à la diffusion de
 Mai 68, la belle ouvrage
de Jean-Luc Magneron (version 52 ‘)
au cinéma Méliès à LURE
Vendredi 22 juin 2018 à 20h30 (5.90€)

Plongé au sein de la mêlée de 68, Jean-Luc Magneron en rapporte des images édifiantes qui montrent,  avec une précision difficilement réfutable, l’utilisation délibérée et systématique par l’Etat de violences policières. Les témoins, journalistes, médecins, étudiants, passants, résidents du quartier latin unissent leurs voix pour décrire ce qui relève d’un scandale moral et d’une faillite de l’Etat de droit.  Il s’inscrit contre l’intox alimentée à l’époque par le gouvernement à propos des « blousons noirs » et de « la pègre ». Il renvoie à la violence en uniforme et à la soumission aux ordres donnés, qui sont, aujourd’hui encore, utilisées contre ceux qui résistent aux politiques régressives menées par les gouvernements.
Ce film nous permettra de rappeler ce que fut Mai 68, cet évènement dans notre histoire trop souvent relaté comme une révolution des moeurs. Il convient de redonner leur juste place à toutes celles et tous ceux qui ont mené la plus grande grève de notre histoire dans un contexte d’extraordinaire effervescence intellectuelle.        
Film suivi d’un débat en présence de Gérard Deneux, AES



lundi 28 mai 2018


Vers l’extension du domaine de la guerre ?

(éditorial du PES n° 44).

Les grands rapaces qui dirigent le monde semblent danser au bord du gouffre dans lequel ils pourraient bien entraîner les peuples. Et l’énergumène Trump à l’ego surdimensionné mène le bal des surenchères tous azimuts.

La remise en cause de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien est, de fait, une déclaration de guerre contre le régime iranien : l’ONU ignorée, tout comme les parties prenantes du contrôle exercé dans ce pays, les expertises de l’AIEA - l’agence chargée de les superviser - balayées, Trump et sa clique militariste n’en n’ont cure. Ce qu’ils veulent, c’est imposer un « changement de régime ». L’influence, à leur détriment, des mollahs, en Syrie, en Irak, au Liban, leur est intolérable, tout comme les fusées stratégiques dont ils disposent. Avec des soutiens unilatéraux, il s’agit d’imposer (comme en Irak avant l’invasion étatsunienne) un véritable boycott de ce pays. En étranglant les populations iraniennes, les stratèges US misent sur la révolte du peuple contre son régime, tout en menaçant les gouvernements du monde entier de représailles s’ils ne se conforment pas à leur diktat. La suprématie du dollar dans les échanges, la justice extraterritoriale seront utilisées pour mettre au pas les banques, les multinationales, qui oseraient continuer à commercer avec l’Iran.

Pour l’heure, les réactions timorées de l’UE en voie de désintégration, les pirouettes de Macron et son projet d’écrire un nouvel accord sur la base des exigences US, semblent bien dérisoires face au bellicisme trumpien et de ses alliés, l’Arabie Saoudite et Israël. Au-delà de la perpétuation de la guerre au Yémen, et des bombardements entrepris sur le sol syrien, la guerre réelle pourrait bien aboutir à l’invasion du Liban, pour éradiquer le Hezbollah et, du même coup, absorber la Cisjordanie palestinienne au sein du grand Israël. Certes, nous n’en sommes pas là car les réactions de la Russie et de la Chine pourraient être incontrôlables…

En Asie, un autre terrain de confrontation potentielle est à l’œuvre entre les USA et la Corée du Nord, voire la Chine. Menaces, reculs apparents, nouvelles menaces, jusqu’à quand ?

En Amérique latine, les « révolutions de velours » sont orchestrées et sonnent le retour des droites pro-US. Elles ont pour finalité, non seulement de renverser des gouvernements dits progressistes, mais surtout de réduire la pénétration commerciale des Européens, Chinois, Russes.

Ce tableau ne serait pas exhaustif si l’on omettait la guerre commerciale déjà déclarée. Le conflit a pris la forme trumpienne du rejet des accords commerciaux multilatéraux et la volonté d’imposer des relations commerciales à l’avantage exclusif des Etats-Unis assorti, au besoin, de tarifs douaniers exorbitants, voire de prescrire, notamment à la Chine, d’acheter plus de produits US pour rétablir la balance commerciale déficitaire.

Cette extension du domaine de la guerre s’exerce sur fond de régressions sociales, d’enrichissement sans freins des oligarchies mondiales et plus fondamentalement sur la perte d’influence de l’Empire US qui ne tolère plus les reculs subis dans la dernière période, alors même qu’il dispose d’une puissance militaire incomparable.

Certes, au sommet de l’Etat fédéral US, deux fractions du « parti unique des affaires » s’affrontent, mais, pour l’heure, les faucons les plus belliqueux sont aux manettes…

GD le 27.05.2018 

Retrouvez l’ensemble du PES
 en vous abonnant auprès de Gérard Deneux
76 avenue Carnot 70200 Lure

Par voie postale – 18€ pour 10 numéros
Par courriel – 5€ pour 10 numéros
En libellant votre chèque à PES


Au sommaire du n° 44

Vers le bannissement d’une partie de l’Humanité ?
De COP en COP… la température monte !
Ruée vers l’or au Groenland
Nicaragua. Le sandinisme au placard de l’histoire ?
Et nos rubriques « Ils, elles luttent » et « Nous avons lu »


Domination


L’exploitation
est une forme de domination

Elle se développe dans nos vies
comme un poison

Régie par des stratégies
proches de la colonisation

Elle est digne du temps
de la collaboration

En montrant du doigt
une catégorie de population

Voulant toujours
organiser la discrimination

Dealers de haine
et de machination

L’horreur n’a pas de classes
Elle forme une chaîne
Par-delà les nations

Le lien, 
 c’est la source du pognon

Hassen