Rouges de colère car les classes populaires ne doivent pas payer la crise du capitalisme.



Verts de rage contre le productivisme qui détruit l’Homme et la planète.



Noirs d’espoir pour une société de justice sociale et d’égalité


jeudi 13 juin 2019


un poème de Pedro 

les mots passent
et le troupeau  n’aboie même pas

la petite bête qui avait prêté
un œil distrait au propos passager
reçoit sa claque et regagne les rangs

la procession serpente au sein du chaos
ravie de cet ordre imperturbable
qui assure chacun d’une mort sans surprise

le monde est en paix

le massacre des inconscients
peut suivre son cours en douceur

et celui qui tombe enfin épuisé
dit encore merci poliment

Pedro Vianna
Poèmes divers
In Des équilibres
Paris, 12.VII.2003


Edito de PES n° 54

La liberté de penser ne peut être bâillonnée

Au travers de quelques exemples évoqués ci-dessous, il s’agit d’affirmer que la liberté de la presse, en particulier des lanceurs d’alerte, nous est indispensable. Il en va de la survie de l’espace démocratique que les pouvoirs prétendent restreindre, voire étouffer. Autant il convient de se méfier de l’idéologie de soumission à l’ordre existant, inoculée par les médias dominants où le futile recouvre les faits décisifs, où la logomachie des éditocrates invite à la résignation, autant il nous faut soutenir les journalistes qui, par leurs révélations, leurs investigations, participent à l’éveil de l’esprit critique, mission qui devrait être aussi celle des enseignants.

La terrible mise en quarantaine de Julien Assange, ainsi que les poursuites engagées à son encontre par les Etats-Unis, n’ont rien d’anodin. Celui qui a mis à jour les dessous de l’agression préméditée contre l’Irak, les mensonges construits pour la valider, la réalité des tortures pratiquées, y compris dans les prisons secrètes de la CIA, celui qui a livré nombre d’informations sur les turpitudes de la finance à l’ombre des paradis fiscaux, celui qui a permis à un consortium de journalistes de décrypter les données transmises, relatant les relations douteuses, voire maffieuses, entre politiciens de haut vol et spéculateurs, celui-là a fait œuvre de salut public.

Elles n’ont rien d’anodin ces convocations de plusieurs journalistes français auprès de la Direction Générale de la Sûreté Intérieure (DGSI). Leur tort : avoir révélé les ventes d’armes à l’Arabie Saoudite et aux Emirats Arabes Unis, destinées à bombarder les populations civiles au Yémen, afin de provoquer la reddition de la rébellion houthiste. Force est de se poser des questions. Qui est le plus criminel ? Celui qui arme l’assassin ou l’assassin lui-même qui n’aurait pu perpétrer ses crimes sans l’aide des Mirage, des chars Leclerc et les canon Caesar ? Qui délivre les autorisations sinon les plus hauts responsables du gouvernement ? Sommes-nous en guerre contre le Yémen ? Les troupes yéménites envahissent-elles la France ? Est-ce une « atteinte à la sûreté nationale », au « secret-défense » d’avoir révélé la collusion entre l’Etat français, son industrie de la mort, et les pétromonarchies les plus réactionnaires ? Est-ce là un crime de lèse-majesté qui vaudrait lettre de cachet ? C’est pourtant bien la section antiterroriste du Parquet de Paris qui a ouvert une information judiciaire contre ces journalistes, la DGSI qui mène les interrogatoires pour qu’ils révèlent leurs sources ! Intimidation insupportable ! Le pouvoir macronien et aux abois.

Il l’est également lorsque la journaliste Ariane Chemin révèle les troubles relations entre Benalla et des officiers et officines, pour lui permettre d’échapper aux poursuites engagées et de déménager son coffre encombrant, en toute tranquillité, avant la perquisition prévue mais complaisamment retardée… Elle aussi fut convoquée et mise à l’interrogatoire par la DGSI.

Et que dire des leçons intimidantes de Blanquer aux enseignants ? « Le devoir d’exemplarité » des profs, leur interdit de « dénigrer l’institution scolaire » et donc, son ministre, sous peine de sanctions. Ainsi, Sébastien Rome, directeur d’école à Lodève, apprend à ses dépens qu’il existait à son encontre un délit d’expression pour avoir, sur les ondes, fait part de son opposition à la réforme Blanquer. Question : les fonctionnaires doivent-ils être bâillonnés ? Ne sont-ils que des exécutants sans liberté d’expression ? C’est le message que le césarisme veut faire passer, et d’abord aux hauts fonctionnaires qu’il promet de faire valser à convenance.

Nourrir l’esprit critique, dissiper la peur individualiste du pire ou la résignation bêtifiante ? Nous avons besoin de tous les lanceurs d’alerte, de journalistes intègres, d’enseignants qui osent redresser la tête. L’émancipation sociale individuelle et collective ne peut se passer de la liberté de penser et de ceux qui la nourrissent.

GD, le 4 juin 2019


Un poème 

le sang du pouvoir

l’Etat préfère nous encadrer d’ignorance
vous êtes tous avertis alors méfiance
suivez la bonne voie de la connaissance
accrochez-vous aux vieilles branches du savoir
l’arbre du devoir, c’est le sang du pouvoir

Hassen